Epave Artefacts

Epave & H20 Artefacts

A series of painted rust and indigo imprints were derived from the story of a famous shipwreck (épave) of the “goélette L’Accalmie” in Baie St-Paul, QC.

The artist discovered this épave, walking on the beach one morning at sunrise this last August. She took several pictures, including le “Dernier Souffle de l’Accalmie”and then gradually learned the story of the goélette.  This is certainly the most photographed boat in Baie St-Paul,  and a cherished topic of conversation.

This schooner was the last to be built in 1956 at l’Ile aux Coudres. It was a proud ship, 110 feet long by 26 feet wide. It carried wood from the North Shore to paper mills and food, hardware and dynamite back. In 1976, a distant cousin, now well known artist of Charlevoix, bought the goélette anchored in the Bay, to use as a chalet and studio. He sold it in 1981 and the boat met no purpose after that and gradually deteriorated. A couple of years ago, the goélette was moved 200 meters to the shore with the hope of repairing it, but fires accelerated its decay.

The artist collected rusty nuts, large screws and bolts on the deck of the disintegrating boat, and chunks of metal from the beach.  The imprints of these rusty objects on strips of an old cotton sheet became the starting point of a series of collages. These represent imaginary artifacts from the goélette, corroded by years underwater.

Fishermen’s nets, once used in Baie St-Paul are also featured; they are made from indigo gauze prints and pieces of altered paper from the Papeterie St-Gilles, in St-Joseph de la Rive, next to Baie St-Paul.

Patterns of plankton and fish from waters where L’Accalmie once travelled were generated from indigo batik fabrics, produced in a workshop in Fleming College, Haliburton, ON, in summer 2015.

Cette exposition est inspirée de la découverte de l’épave de la goélette L’Accalmie, au lever de soleil, un matin d’août 2015, à Baie St-Paul, QC. Ce bateau fut ancré dans la baie pendant près de 40 ans. Ce fut la dernière goélette construite à l’Ile aux Coudres en 1956, mesurant 110 pieds de long par 26 de large. Elle faisait le transport du bois de la Côte Nord vers les moulins à papier et redescendait avec des vivres et souvent de la dynamite.

Un petit cousin de l’artiste, et maintenant peintre renommé de Charlevoix, avait acheté l’Accalmie en 1976 et s’en servit comme chalet et studio. Il la revendit en 1981 et elle a été abandonnée depuis. Il y a 2 ans, la goélette fut déplacée d’environ 200 mètres, vers la plage. Par la suite, deux feux accélérèrent sa destruction. La photo “Dernier Souffle de l’Accalmie”, représente son état en août dernier.

Des boulons, vis et autres objets rouillés, recueillis sur la goélette, ont servi à imprimer des morceaux d’un vieux drap de coton. Ceux-ci sont la base des collages qui ont révélé des formes abstraites que l’artiste imagine avoir été érodées par l’eau au fil des ans.

Des tissus teints à l’indigo pendant un atelier au collège Fleming, à Haliburton en 2015, ont été introduits dans les collages et représentent le fleuve et ses marées, ses poissons et planctons, et les filets de pêche utilisés auparavant à Baie St-Paul. Quelle belle histoire de notre patrimoine québecois!